Ce petit film d’animation mélange boxe et musique classique avec virtuosité

En France, 11 étudiants de l’école ISART Digital ont réalisé un superbe court-métrage qui mixe deux univers pourtant si éloignés : la boxe et la musique classique.

Quel lien peut-il bien y avoir entre le monde de la boxe et celui de la musique classique ?

Forcément, quand on pose la question comme ça, on n’en trouve pas beaucoup. Pourtant, 11 étudiants français à l’école ISART Digital (cités plus bas) ont réussi l’exploit de mixer ces 2 domaines à travers un étonnant petit film d’animation baptisé “Preston”.

Ce court métrage nous montre une scène absolument improbable où deux boxeurs s’affrontent sous le regard d’un chef d’orchestre qui semble jouer les arbitres. Ce dernier dirige le combat avec ses mouvements, comme il le ferait avec ses musiciens.

Mais subitement, le rythme s’emporte et l’un des combattants prend le dessus sur l’autre. La suite, je vous laisse la regarder…

 

 

Un court-métrage à la fois étrange et fascinant, dont on apprécie beaucoup la patte graphique, qui nous montre deux univers bien éloignés mais dont la détermination des protagonistes semble pourtant se rejoindre. En fond sonore, on retrouve la célèbre “Rhapsodie Hongroise No.2” de Franz Liszt qui colle parfaitement avec l’ambiance dramatique et violente de l’animation.

Au passage un grand bravo à Gabriel AMAR, Louis DOUCERAIN, Joseph HEU, William MARCERE, Terence TIEU, Morgane VAAST (pour la réalisation et la modélisation 3D) ainsi qu’à Dany BLIN, David GUINOT, Laurent KEROMNES, Caroline LAPINTE et Terence TOUSSAINT (pour les effets sonores).

Et si vous aimez les films d’animation, prenez un peu de temps pour découvrir ce court-métrage très mignon du studio Blue Zoo qui met en scène l’épopée d’un avocat courageux.

Ce court métrage trash et décalé raconte les origines de la perche à selfie

Le cinéaste Evan Silver a eu l’idée de créer un court-métrage insolite et amusant qui raconte les origines surprenantes de la perche à selfie. Âmes sensibles… s’abstenir !

Mais qui a bien pu inventer la perche à selfie ? D’après Wikipédia, il y a un certain flou autour des origines de cet accessoire populaire souvent critiqué pour son usage (un peu) ridicule. La création de la perche à selfie daterait de 2005 avec le dépôt d’un brevet au Canada. Mais certaines sources revendiquent le fait que la perche à selfie aurait été créée dans les années 1980 au Japon. Pour répondre à cette grande interrogation, le cinéaste Evan Silver (qui a notamment travaillé sur des campagnes publicitaires pour MTV, Burger King ou Pizza Hut) a réalisé un court-métrage à la fois trash et amusant.

Le spot met en scène un jeune touriste qui demande de l’aide à un passant pour le prendre en photo sur la plage. Seul problème : la personne chargée de prendre la photo n’est visiblement pas très adroite avec l’usage du smartphone. Des interminables minutes semblent s’écouler et la photo parfaite n’a toujours pas été prise. Le pauvre touriste se met alors à se décomposer : son visage est ensanglanté, il commence à perdre des membres… Finalement, après un dur labeur, le passant parvient à enfin prendre une bonne photo. L’Histoire raconte ensuite que le touriste a eu besoin de six années pour récupérer de cette expérience… et que c’est comme ça qu’il a eu l’idée d’inventer la perche à selfie.

Un court métrage totalement loufoque qui revisite avec humour les origines de la perche à selfie, cet objet sujet à controverses qui fait désormais partie intégrante de notre quotidien. D’ailleurs pour l’anecdote, si l’usage de la perche à selfies est sujet de moqueries en Europe, son utilisation semble très habituelle dans les pays asiatiques.

Ce vendeur de tabourets de toilettes va changer votre vision de la publicité

 Les tabourets de toilettes Squatty Potty sont de retour avec un nouveau spot totalement fou qui met en scène un petit dragon qui défèque de l’or.

Squatty Potty a encore frappé ! Après le succès de sa dernière campagne absolument dingue qui mettait en scène une licorne en train de faire ses besoins, la marque récidive avec cette fois-ci un autre animal imaginaire : le dragon.

Mais avant tout, un petit rappel s’impose pour se souvenir de ce que fait la marque. Squatty Potty commercialise des tabourets de toilettes qui permettent de retrouver une position physiologiquement adaptée pour… faire ses besoins.

Un produit de santé finalement qui a pour but d’aider les personnes régulièrement touchées par les hémorroïdes ou des problèmes d’intestins douloureux (et pas que). Mais même si le sujet est très sérieux, la marque a choisi de communiquer de manière totalement insolite avec un nouveau spot absolument fou qui met en scène ici un petit dragon… qui fait caca de l’or !

Les tabourets de toilettes Squatty Potty sont de retour avec un nouveau spot totalement fou qui met en scène un petit dragon qui défèque de l’or.

Squatty Potty a encore frappé ! Après le succès de sa dernière campagne absolument dingue qui mettait en scène une licorne en train de faire ses besoins, la marque récidive avec cette fois-ci un autre animal imaginaire : le dragon. Mais avant tout, un petit rappel s’impose pour se souvenir de ce que fait la marque. Squatty Potty commercialise des tabourets de toilettes qui permettent de retrouver une position physiologiquement adaptée pour… faire ses besoins.

Un produit de santé finalement qui a pour but d’aider les personnes régulièrement touchées par les hémorroïdes ou des problèmes d’intestins douloureux (et pas que). Mais même si le sujet est très sérieux, la marque a choisi de communiquer de manière totalement insolite avec un nouveau spot absolument fou qui met en scène ici un petit dragon… qui fait caca de l’or !

 

La marque a collaboré avec l’agence Harmon Brothers pour illustrer une nouvelle fois son produit à travers un univers fantaisiste, coloré et déjanté. Comme dans le premier spot, c’est le même prince qui nous présente Squatty Potty et qui illustre ses bienfaits avec notre fameux dragon qui défèque de l’or, mais aussi un centaure et un triton (la version masculine de la sirène)

Tout un programme ! Squatty Potty exploite donc une nouvelle fois la formule qui a bien fonctionné en 2016, mais même si l’histoire est toujours aussi drôle, ça va être difficile de dépasser le succès du premier spot de la marque qui avait cumulé les 3 millions de vues sur YouTube.

Source : Mélissa.N – créapills – Crédits : Squatty Potty

 

Pourquoi Apple n’est toujours pas présent sur les réseaux sociaux ?

Vous ne vous êtes sans doute jamais posé la question, mais vous ne trouverez pas de compte officiel Apple sur Facebook ou Twitter ?

En effet, la firme de Cupertino (Californie) a décidé de ne pas créer de compte officiel sur les réseaux sociaux. Un choix qui peut en surprendre plus d’un mais qui est tout à fait calculé par la marque.

APPLE SUR LES RÉSEAUX

Tout d’abord, il faut savoir qu’Apple n’est pas totalement muet sur les réseaux sociaux. En effet, la marque possède tout de même des comptes pour ses divers outils comme Apple Music qui a été créé l’année dernière et compte pas moins de 1,5 millions de fans, ou encore des comptes Facebook pour iTunes (32 millions de fans) et l’App Store (11 millions de fans).

Cependant, il n’existe pas de compte officiel pour la marque Apple.

Les seuls qui existent sont des comptes non-officiels qui partagent simplement des images ou parfois même des jeux concours douteux.

Mais pourquoi le groupe n’investit pas les réseaux sociaux ?

LA RÉPONSE EST SIMPLE

En effet, la réponse est plutôt simple. Vous l’aurez sans doute remarqué, mais Apple veut toujours contrôler son image, et ce peu importe le support. Sur les réseaux sociaux, la firme n’a pas tous les outils nécessaire (personnalisation du design, du nombre de caractères, etc.) pour contrôler cette image.

Investir en social media ne permettrait donc pas de promouvoir efficacement ses services et produits.

La marque trouve alors plus pertinent de ne pas communiquer sur les réseaux sociaux pour garder un contrôle intégrale de son image sur le web. Une stratégie qui n’en reste pas moins bonne car elle permet, à travers ce silence, de donner un peu plus de cachet à la marque.

Pourquoi est-il important de personnaliser ses objets publicitaires ?

Important levier de communication, les objets publicitaires sont très prisés par les entreprises car ils permettent de se faire connaître auprès des clients et des prospects.

Ces objets sont des accessoires qui sont utilisés tous les jours et qui sont très important car ils portent le logo ou le nom de l’entreprise.

Les objets publicitaires personnalisés

De nombreuses sociétés font cadeau d’objets publicitaires à leurs collaborateurs et à leurs clients. C’est une tactique commerciale qui porte ses fruits, puisqu’elle permet d’augmenter votre chiffre d’affaires. Bien qu’utilisés dans la vie quotidienne, ces objets se caractérisent par la présence de votre logo ou de votre slogan. Vous incitez indirectement le public à reconnaître facilement votre entreprise partout.

L’importance des objets publicitaires aux salons professionnels

Quand vous participez à un évènement ou à un salon, les objets publicitaires vous aident à améliorer la visibilité de votre marque. Remis aux visiteurs, ces petits cadeaux vous aident drainer le maximum de trafic à votre stand. Cette fluctuation vous aide à rencontrer et à convaincre de nouveaux clients ou de nouveaux partenaires.

 

Les différents supports utilisés par les entreprises

Plusieurs types de support sont utilisés pour les objets publicitaires. Le plus important est de choisir ceux qui sont les plus appropriés à votre campagne marketing. Les stylos et les porte-clés sont des objets que les consommateurs utilisent quotidiennement. Les sacs aussi sont très pratiques puisqu’ils sont réutilisables. Quant aux autocollants, ils se fixent sur les vitres des véhicules ou sur les vitrines des magasins. C’est une manière de vous faire de la publicité sur le long terme jusqu’à ce que ces objets se détériorent.

Augmenter le chiffre d’affaires avec les objets publicitaires

Vous pouvez les offrir en cadeau quand le montant de vos achats dépasse un seuil que vous avez fixé. Ces marques d’attention créent une relation de confiance avec vos clients. Leur fidélité va les pousser à parler de vous à leur entourage et vous amener de nouvelles opportunités commerciales. Vos clients vont aussi continuer à faire leurs courses chez vous, ne serait-ce que pour avoir d’autres cadeaux personnalisés à votre effigie.

Instagram lance les stickers de sondage dans ses stories

Si vous êtes un fervent utilisateur d’Instagram, vous aurez remarqué la nouvelle mise à jour qui améliore la création des stories sur l’application.

Depuis peu, Instagram a dépassé Snapchat en terme d’utilisation quotidienne des stories (30 millions d’utilisateurs pour l’un, 27 millions pour l’autre), faisant de l’application le réseau social numéro 1 sur la photo mobile. Et Instagram continue de proposer de nouvelles fonctionnalités pour garder son avance sournoisement obtenue.

Aujourd’hui, Instagram propose une nouvelle panoplie de fonctionnalité dans le but d’améliorer la création de ses stories : pipette pour la couleur, tracés pour bien centrer le texte et surtout… les sondages. Si cette dernière peut sembler minime pour certains, c’est pourtant une nouvelle fonctionnalité qui va permettre de créer davantage de contenu.

Le fonctionnement est très simple : il suffit de choisir le sticker sondage, de poser sa question et de choisir les réponses. Vous aurez ensuite le résultat de ce sondage dans les vues de vos stories.

Un nouvel outil pour créer du contenu pour les marques

Évidemment, ce nouvel outil va également servir aux marques afin de rendre leurs stories plus dynamiques et attrayantes. Les stories sont assez difficile à manier pour une marque car cela demande de la création de contenu éphémère, c’est à dire des gros coups pour du contenu qui ne sera visible que 24h. Ce nouveau sticker permet d’augmenter les conversations possibles entre les fans et une marque à moindre coup.

Par exemple, Milka est la première marque à avoir pris en main ce nouvel outil en publiant une story dédié au sondage (à retrouver sur @milka_fr)

 

 

Pizza Hut crée un manteau à partir de son sac à pizza

Pour l’arrivée de l’hiver, Pizza Hut a eu la bonne idée de créer un manteau parka à partir de son célèbre sac qui permet de garder les pizzas au chaud.

Pizza Hut est certainement l’une des seules marques qui crée des produits loufoques pour vanter la qualité de ses services. On pourrait par exemple comparer ce type de communication à celle de Burger King, KFC ou Domino’s Pizza.

Des marques qui s’amusent à créer des produits/services à la fois innovants et marrants. Des marques qui évoluent évidemment dans le même secteur : celui de la restauration.

Si Pizza Hut nous a habitué à tout type de produit comme dernièrement la boîte à pizza qui se transforme en home cinéma, c’est la première fois qu’elle se lance dans le monde de la mode. Et elle le fait d’une manière rigolote : en créant une parka à partir de son sac à pizza. Le produit est soignée et plutôt beau. Selon la vidéo de présentation, il vous couvrira des tempêtes, de la pluie et également de la sauce pimenté et des jets de fromage.

Un beau produit qui ne sera malheureusement pas possible de se procurer comme vous pouvez vous en douter.

Et puis même si c’était le cas, qui voudrait porter ça dans la rue ?

IKEA lance une gamme de meubles dédiés aux animaux de compagnie

IKEA dévoile une gamme de meubles insolites pour votre appartement qui sont, cette fois-ci, dédiés à vos animaux de compagnie.

Après avoir envahi nos appartements, IKEA s’attaque désormais à nos animaux de compagnie. La célèbre marque suédoise de meubles a récemment fait une déclaration : elle lance très prochainement “Lurvig” (“poilu” en Suédois), une gamme de meubles spécialement dédiés aux chats et aux chiens qui partagent notre quotidien.

Au programme, une série de petits canapés, de coussins ou encore d’arbres à chats qui s’harmonisent parfaitement avec la décoration de votre appartement. La marque a en effet pris le soin de créer des meubles pour animaux qui collent parfaitement en terme de design avec les gammes que la marque commercialise depuis longtemps. On retrouve, par exemple, une version miniature du fameux canapé “Klippan”.

Le projet peut paraître fou, mais s’inscrit dans une vraie logique de marque pour IKEA qui souhaite proposer des expériences toujours plus novatrices à ses consommateurs. Après le volet technologique de l’application qui permet de tester virtuellement les meubles de la marque chez soi, IKEA joue sur l’angle émotionnel avec ces petits meubles attendrissants dédiés à nos amis les bêtes. Sortie prévue en France, aux États-Unis, au Canada et au Japon dès mars 2018.

 

Imaginé par : www.ikea.com

 

Snapchat cache des oeuvres d’art visibles en réalité augmentée dans le monde

Snapchat dévoile “Snapchat Art”, une nouvelle fonctionnalité exclusive qui vous permet de visualiser des œuvres d’art dans le monde grâce à la réalité augmentée.

En quelques années, Snapchat a totalement révolutionné la façon dont nous communiquons avec nos proches. Au delà des messages photo ou vidéo en instantané, le célèbre réseau social a surtout su démocratiser l’utilisation de filtres pour déformer et “embellir” le monde qui nous entoure. Aujourd’hui, Snapchat va plus loin et utilise sa technologie pour promouvoir l’Art.

Le 3 octobre dernier, Snapchat dévoilait “Snapchat Art”, une nouvelle fonctionnalité qui vous permet de visualiser des œuvres d’art en réalité augmentée. Mais à la différence des “World Lenses” que vous pouvez utiliser où que vous soyez, les œuvres d’art sont disponibles à des endroits bien précis. Pour cette première collaboration, Snapchat a fait appel à Jeff Koons, l’artiste américain très connu pour ses créations façon “ballons de baudruche” à l’image du Balloon Dog ci-dessus.

 

Boursorama lance la première pub qu’on a envie de recommander

Boursorama Banque dévoile une campagne qui installe son nouveau territoire : « Boursorama Banque : la banque qu’on a envie de recommander ».

Avez-vous déjà recommandé un restaurant fade ? Un film pas terrible ? Ou une banque moyenne ? Non. Parce que personne ne recommande ce qui est moyen… D’après Boursorama Banque, près de la moitié des nouveaux clients viennent sur les conseils d’un proche.

Pour mettre en lumière cette relation de confiance avec ses clients, la campagne met en scène de façon rupturiste un monde dans lequel des hommes et des femmes recommandent des choses moyennes à leurs proches. Des situations absurdes qui permettent ainsi de démontrer la force de la recommandation de Boursorama Banque.

Une campagne maligne imaginée par Buzzman qui vient donner une nouvelle dimension plus friendly et proche des gens à la marque. Un aspect important voir crucial pour une banque.

Burger King pirate le film “Ça” pour le transformer en pub

Alors que le film d’horreur « Ça » cartonne au cinéma, Burger King a décidé d’en tirer profit pour donner un petit tacle à son meilleur ennemi : McDonald’s.

Vous devez être au courant que la nouvelle adaptation cinématographique de l’oeuvre de Stephen King, sortie récemment, est une grande réussite au cinéma. Le film compte plusieurs records au Box-office de plusieurs pays et continue de séduire beaucoup de spectateurs.

Pour tirer profit de la situation, Burger King a décidé de « pirater » la fin du film diffusée en avant première en Allemagne. Le méchant du film étant un clown, il était donc facile pour Burger King de s’attaquer à son meilleur ennemi McDonald’s. Et l’enseigne l’a parfaitement réussi en annonçant une chose toute simple juste avant le générique : « Ne jamais faire confiance à un clown ».

Une petite phrase anodine qui permet cependant de faire passer le film entier pour une grande publicité pour Burger King. Un coup marketing malin et réactif pour la marque, toujours sur un ton décalé dont on ne se lasse pas.

 

 

Play-Doh crée une galerie des espèces en voie d’apparition

Il y a six mois naissait le Monde de Play-Doh, en droite ligne de la nouvelle plateforme de communication de la marque à l’occasion de son 60e anniversaire.

Après une campagne print entièrement réalisée en pâte à modeler, qui a valu 3 Cannes Lions à DDB Paris, Hasbro France lui a confié le soin de prolonger le Monde de Play-Doh sur internet. DDB y approfondit l’un des thèmes abordés en print : le concept des « espèces en voie d’apparition », dans un monde Play-Doh régi par l’imagination.

Dès aujourd’hui, des dizaines d’espèces « émergentes » peuvent être observées sur Internet. Non seulement sur la page Facebook de Play-Doh, mais aussi sur www.lagaleriedesespeces.fr, site spécialement développé par DDB Paris en partenariat avec le studio Merci Michel, pour une plus grande immersion.

Une idée rigolote et surtout très mignonne qui vient renforcer le capital sympathie de la marque auprès des plus jeunes… comme des plus vieux.

 

 

 

Lacoste traverse les âges dans sa nouvelle pub “Timeless”

Aujourd’hui, Lacoste présente sa nouvelle pub « Timeless », qui vient s’inscrire dans sa nouvelle plateforme de marque « Life Is A Beautiful Sport ».

Cette fresque épique et cinématographique démarre dans les années 30 où un homme a un véritable coup de foudre. Il se lance alors sur les pas de cette femme mystérieuse en sautant dans le même train qu’elle… mais à peine arrivé dans le premier wagon, il se retrouve dans les années 40.

Animé par l’espoir de la retrouver, le héros démarre une quête effrénée, traversant les wagons et les époques, jusqu’à nos jours. Au fil du temps, son style évolue mais le Polo demeure, lui, d’une élégance inaltérable…

Après avoir réalisé The Big Leap, premier film de marque de l’histoire de Lacoste, le réalisateur Seb Edwards démontre une nouvelle fois sa capacité à transcender des sentiments universels, mettant en scène une attraction qui électrise et rend vivant. Un joli film qui vient à nouveau assoir le nouveau positionnement de Lacoste, plus urbain et classe.

Petit bémol cependant, sa ressemblance frappante avec une récente pub Axe qui mettait elle aussi un jeune homme pourchassant sa dulcinée à travers les âges.

À retrouver ci-dessous.

Déployée mondialement, la campagne sera visible en télévision, supports digitaux et affichage. Le dispositif est complété par de l’affichage digital et des bumpers.

 

 

Étude sur les stratégies de la marque Coca-Cola

C’est aux USA que débute en 1886 l’aventure de Coca-Cola. Cette boisson, que rien ne prédestine à devenir un mythe, est l’œuvre d’un pharmacien, John Styth Pemberton.

La suite, vous la connaissez, The Coca-Cola Company est le groupe n°3 à travers le monde dans l’agroalimentaire derrière PepsiCo et Nestlé, mais leader du marché des sodas avec sa boisson Coca-Cola.

Coca vs Pepsi : chronologie d’une stratégie bien différente.

1886 : Création de Coca-Cola par le pharmacien John Styth Pemberton.

1892 : Création de The Coca-Cola Company.

1893 : Création de Pepsi par Caleb Bradham, un pharmacien de Caroline du Nord.

1916 : Coca-Cola dépose un brevet sur la forme de sa bouteille. (Pour cela,des sociétés spécialisées proposent désormais des logiciels de dépôt et de gestion des brevets).

Crise de 1929 : Coca-Cola survie grâce à sa stratégie de matraquage publicitaire tandis que Pepsi est au bord de la faillite.

1931 : Charles G. Guth, PDG de Pepsi, tente de vendre la marque à Coca-Cola. Mais ce dernier refuse et laisse donc Pepsi se mourir.

1931 : Pepsi tente le tout pour le tout : la marque adopte une stratégie de pénétration en cassant ses prix. Une stratégie qui se révélera payante car l’entreprise enregistre 2,1 millions de dollars de bénéfices en 1936.

1941 : Les États-Unis entrent en guerre, l’occasion pour Coca-Cola d’élaborer une stratégie d’internationalisation. En effet, pour faire découvrir au monde le célèbre soda, l’entreprise fournie gratuitement en boisson tous les soldats américains à travers le monde. Pendant ce temps, Pepsi solidifie sa distribution aux USA.

1959 : Pepsi séduit le marché soviétique grâce à l’appui de Nixon.

1960 : Coca-Cola se diversifie en rachetant l’entreprise Minute Maid. Une nouvelle ère de diversification commence.

1964 : Pepsi lance la toute première version « light »

1982 : Coca-Cola lance à son tour une version light de son soda

Aujourd’hui, il est intéressant de remarquer que le marché des sodas est un marché très fermé, car le leader Coca-Cola et le challenger Pepsi ont une sorte « d’entente silencieuse », qui consiste à ne pas gêner l’autre dans son développement. Ainsi, dans un pays où Pepsi est leader, Coca-Cola ne cherchera pas à devenir leader, et inversement. Une entente qui permet donc de fermer le marché à un éventuel troisième concurrent.

Un irréductible village gaulois

Comme je vous le disais juste au dessus, le marché mondiale du soda se partage uniquement entre Coca-Cola et Pepsi. Sauf dans une seule région du monde, et en France ! Vous l’aurez bien compris, c’est en Bretagne que Coca-Cola est numéro 2 et Pepsi numéro 3, pour laisser la place de leader à Breizh Cola, le cola breton du Phare Ouest.

Ce Cola made in france résiste donc à l’envahisseur depuis de nombreuses années, malgré les tentatives de Coca-Cola. En effet, lorsque vous vous rendez dans un bar en Bretagne et que vous demandez un Coca-Cola, on vous servira du Breizh Cola. Quelque chose que Coca-Cola a essayé de contrer, notamment en offrant aux commerçants du matériel aux couleurs de Coca (frigo, parasols, etc…).

breizh cola

 

Coca-Cola : une stratégie d’image unique

On aime souvent dire que Coca-Cola est plus connu à travers le monde que la croix chrétienne. Une métaphore qui se révèle pourtant vraie quand on sait que le soda est bu dans tous les pays du monde. La marque est devenue le symbole ultime de la mondialisation du 20ème siècle. Mais comment une marque qui est distribuée dans plus de 200 pays arrive-t-elle à communiquer auprès d’autant de monde et à structurer son image ?

Au niveau de son image, Coca-Cola a une stratégie plutôt simple : on ne change rien. En effet, le packaging, le logo, les couleurs, le graphisme, bref, rien ne change à travers les pays. Le rouge et le blanc, la typologie et le goût sont les mêmes si on va en Europe ou en Amérique du Sud. On notera cependant une exception en Chine, où Coca-Cola devient : Kekoukele (plaisir savoureux).

Kekoukele

Coca-Cola : un positionnement fort

Pour un soda de renommé mondial, un positionnement de communication fort est essentiel pour perdurer sur un tel marché. Dans les années 80, Coca-Cola opte pour un slogan « Coca-Cola, c’est ça » qui propulse donc la marque comme une véritable référence du soda. On peut donc définir le Coca-Cola de cette époque comme étant « L’original et véritable cola ». Vingts ans plus tard, en 2000, l’entreprise opte pour un positionnement qui se rapproche plus de ses consommateurs et de leurs émotions. « Positive attitude » devient alors le slogan de la marque et la saga « optimisme » de la marque commence. Avec une telle signature de marque, Coca-Cola n’est désormais plus un simple soda de référence, mais devient une véritable boisson pour garder le sourire au quotidien.

2006 signe le positionnement le plus fort que Coca-Cola est connu : « La boisson qui offre du bonheur ». Avec son slogan « Open Happiness », la marque devient alors LA boisson pour partager du bonheur en famille, entre amis. La marque multiplie les opérations de communication tournant autour de cette univers, notamment avec la célèbre Sharing Can. Avec sa dernière campagne d’envergure internationale qui consistait à donner un nom aux bouteilles, Coca prouve au monde entier sa capacité à déployer une telle campagne et à créer un engouement mondial auprès de sa marque. Une stratégie qui s’avère plus que rentable car elle impact le packaging lui même, « obligeant » alors le consommateur à obtenir le produit.

Plusieurs types de boissons pour les gouverner tous !

« Plusieurs types de boissons pour les gouverner tous » est une phrase qui, je trouve, correspond bien à ce que Coca-Cola fait en créant des déclinaisons de son produit de base. En effet, avec autant de produits, l’entreprise arrive à séduire n’importe quel type de personne ! Par exemple, le Coca-Cola light (le plus ancien) est dédié essentiellement aux jeunes femmes entre 15 et 35 ans car il est limité en calories. Pour le Coca-Cola Zéro, il est venu se différencier du Coca-Cola light pour séduire les hommes de 16 à 24 ans, notamment avec une couleur sombre et une bouteille ( de 1L) aux courbes plus masculines. Quant au Coca-Cola Life, le petit dernier, vient lui se positionner comme étant le soda responsable et plus propre (avec du sucre et du stevia dedans).

Il existe aussi d’autres types de boissons, comme Coca-Cola Vanille ou Coca-Cola Cherry, qui eux, s’alignent plus sur une préférence de goût.

dans-ta-pub-coca-cola-brand-marque-etude-strategie-image-christmas-3

Les slogans de Coca-Cola depuis 1886

1886 : Drink Coca-Cola

1904 : Delicious and refreshing

1905 : Coca-Cola revives and sustains

1906 : Great National Temperance Beverage

1908 : Good To The Last Drop

De 1922 jusqu’au début de la seconde guerre mondiale, l’objectif de Coca-Cola était de jouer sur le côté « rafraichissant » de la boisson, pour redonner envie aux gens de consommer. Ainsi, de 1922 à 1938, les slogans sont accès sur ce sentiment la.

1922 : Thirst Knows no season

1924 : Pause and Refresh Yourself

1926 : Stop At The Red Sign

1929 : The pause that refreshes

1932 : Ice cold sunshine

1937 : Stop For A Pause… Go Refreshed

1938 : Anytime Is The Right Time To Pause and Refresh, Pure As Sunlight

Pendant la seconde guerre mondiale, Coca-Cola adopte un discours orienté sur la famille. Le but étant de se retrouver en famille autour d’un Coca-Cola.

1940 : The Package That Gets a Welcome At Home

1941 : A Stop That Belongs On Your Daily Timetable

Une fois la seconde guerre mondiale terminée, Coca-Cola retourne aux valeurs simple de son produit : le rafraichissement.

1956 : Feel The Difference, Makes Good Things Taste Better

1959 : Be really refreshed.

1961 : What a refreshing new feeling.

Coca-Cola joue donc sur les valeurs du rafraîchissements jusqu’en 1979, date où la première notion de bonheur est évoquée dans un slogan

1979 : Have a Coke and a Smile

La suite est connue de tous avec les notions joyeuses et de bonheurs évoquées dans les différentes publicités de la marque. Coca-Cola dévoilera le slogan le plus populaire de son histoire en 2009 : Open Happiness.

Pourquoi utiliser le Père Noël ?

Il y a un grand débat autour de cette question : Est-ce que c’est bien Coca-Cola qui a inventé le Père Noël ou non ? Une chose est sûre, c’est l’entreprise qui l’a rendu populaire et l’a démocratisé.
En 1931, Coca-Cola décide donc d’utiliser l’image du Père Noël, mais à sa sauce. En le re-dessinant aux couleurs de la marque, l’entreprise joue avec une nouvelle icône populaire dans le but d’attirer un nouveau public : les enfants. À partir de ce moment là, Coca-Cola lance une opération publicitaire d’envergure nationale aux États-Unis. La publicité n’étant pas encore très réglementée, Coca envahie les établissements scolaires, les manuels de cours, et s’autorise même de créer un « Coke Day » dans les écoles : une journée exclusivement réservée au Coca.

Le Père Noël sera d’une grande aide pour populariser la boisson auprès des jeunes, surtout lorsqu’on sait qu’une mascotte aide grandement à attirer la sympathie des enfants (Il suffit de regarder Malabar, Quick, etc…). De plus, le Père Noël permettra également à la marque de continuer à communiquer même en hiver. En effet, les valeurs de rafraîchissement ne sont pas crédible pendant cette saison.

dans-ta-pub-coca-cola-brand-marque-etude-strategie-image-christmas-1

Coca-Cola, grand adepte du street-marketing et de l’opération virale

Avec l’arrivé d’Internet, le street-marketing a clairement pris une autre dimension auprès des marques. En effet, le fait de réaliser une opération de marketing directe permettra, certes, de toucher les personnes qui en sont « victimes », mais également de viraliser le contenu facilement et à moindre coup sur internet (si l’opération est toutefois originale).

Coca-Cola est un très grand adepte de l’opération virale. Le but de ce genre de communication est principalement de fidéliser les jeunes, qui seront les premiers touchés par la viralisation de l’opération. Ensuite, n’est-ce pas un moyen ingénieux de promouvoir sa marque ?

 

IKEA lance son application pour tester les meubles virtuellement chez soi

Profitant de la sortie d’iOS 11 et d’ARKit, IKEA dévoile son application qui utilise la réalité augmentée pour vous permettre de tester ses meubles avant de les acheter.

Hier soir, Apple dévoilait iOS 11, la nouvelle version du système d’exploitation qui équipe l’iPhone et l’iPad.

Et parmi les nouveautés majeures attendues, on a notamment beaucoup parlé d’ARKit, le nouvel outil dédié aux développeurs pour leur permettre d’exploiter pleinement les possibilités de la réalité augmentée. IKEA n’a pas perdu de temps et a dévoilé “IKEA Place”, son application qui va vous permettre de simuler vos meubles chez vous avant de les acheter grâce à la réalité augmentée.

Il faut avouer que ça fait déjà pas mal de temps que IKEA travaille sur cette technologie qui colle parfaitement à son domaine pour faciliter le processus d’achat. Car l’application est bien pratique : dans un premier temps, elle va scanner votre pièce pour en analyser ses formes et ses subtilités. Puis, il vous suffira de choisir parmi le catalogue de 2000 produits de la marque pour tester vos meubles avant de les acheter. Vous allez même pouvoir partager la photo avec vos proches pour leur demander leur avis.

IKEA Place est une excellente idée d’application qui montre que la réalité augmentée n’est pas simplement un gadget dans le but de créer de l’amusement. Elle peut aussi donner lieu à des expériences qui simplifient la prise de décision peut ainsi révolutionner l’achat en ligne.

 

L’application est disponible sur l’App Store…. mais uniquement aux États-Unis pour le moment. Sûrement pour des raisons techniques liées avec la vente en ligne qui se teste d’abord aux USA. Cependant, vous pouvez la tester en changeant la localisation de votre store, mais vous ne pourrez évidemment pas acheter de meubles ! Précision : seuls les modèles ultérieurs à l’iPhone 6s disposent d’ARKit, donc peuvent utiliser cette application.